IV

Vous tendez votre fiole de baie de sureau au roi : « Messires, tout le savoir faire et les bienfaits du royaume des Toisons de feu sont dans cet élixir.

– A nos nos nos … c’est ça ».

Le roi saisit la fiole et boit cul sec son contenu sans se poser de question.

Une belle descente.

Il se pourlèche les lèvres et les bords de sa moustache puis émet un rot sonore et s’exclame : « Excellent ! ».

C’est la première fois que vous êtes complètement sûr d’avoir compris ce qu’a dit le roi.

Il se frappe le torse du poing et émet un long râle caverneux et quelque peu inquiétant, cela n’émeut pas la reine, probablement habituée aux conséquences disgracieuses d’une consommation excessive d’alcool.

L’occasion est là, il vous faut obtenir quelques informations, vous questionnez la reine : « Majesté, concernant les vols, avez vous quelques soupçons ?

– Je vous l’ai dit, les elfes, à coup sûr.

– Et dans votre entourage aucun comportement suspect ?

– Mais nous n’avons que des gnomes dans notre entourage !

– C’est bien vrai, que des abrutis de gnomes, c’est le roi qui a parlé, d’une voix nouvelle.

La reine se retourne vers lui, interloquée : qui a parlé ?

– C’est moi. La voix est du roi est claire et limpide, méconnaissable, le roi, lui, oscille entre le pourpre et le bleu, vous vous sentez bien ? demande la reine.

Vous ne pouvez contenir votre joie : C’est mon élixir, l’élixir de baie de sureau ! J’ai guéri le roi, il parle à nouveau !

A ces mots le roi tombe à genoux, ses mains enserrent son cou, il est maintenant complètement bleu.

La reine hurle : A moi ! A nous ! Le roi s’étouffe. »

Des gnomes surgissent de chaque entrée, tous se ruent vers le roi, celui ci agonise et trépasse en quelque dizaine de secondes, asphyxié.

La reine agenouillée auprès de son mari pousse un horrible cri de désespoir, puis elle se dresse vers vous, tous crocs dehors : « Un élixir à la baie de sureau ? Mais le roi est allergique à la baie de sureau !

– Mais c’est lui qui en a parlé, il a dit qu’il adorait les baies de sureaux chaudes, vous étiez là vous l’avez entendu comme moi.

– Il a dit : j’abhorre Maude, elle ressemble à un taureau. C’est sa cousine, une sans cou. C’était pourtant pas difficile à comprendre !

Qu’est ce que vous raconter avec votre baie de sureaux, il a toujours été allergique à la baie de sureau, c’est connu de tous. C’est dans les livres d’histoire, c’est même sur notre blason de famille, la baie de sureaux piétinée !

Vous le saviez, vous le saviez !

Vous le saviez car vous êtes un assassin. »

Les gnomes se saisissent de vous.

Les blasons royaux ça n’a jamais été votre truc.

Allez en XI